supautonome-lsh

supautonome-lsh

Du 1er au 15 janvier 2018

Le 6 janvier 2018

*

*

Chers amies et amis,

*

En ce début d’année permettez-nous de vous présenter nos vœux de prospérité, de réussite, bonheur et santé, pour vous-mêmes et ceux qui vous sont chers.

*
Nous vous souhaitons également beaucoup de courage et d’énergie pour aborder et assumer les changements et les incertitudes qui ont présidé à la rentrée universitaire de cet automne. En effet, aucune des menaces auxquelles nous avons dû faire face jusqu’ici ne sont écartées. Certes, le nouveau Ministre de l’Éducation national tranche sur ce que nous avons connu auparavant. Néanmoins, en ce qui concerne les mesures nous concernant (concours, rapprochement du second degré de l’enseignement secondaire, pédagogisme), peu de choses changeront. Quant à l’Enseignement supérieur, la nomination de Frédérique Vidal ne fait que consacrer l’emprise de la CPU sur le système universitaire jointe à un renforcement du rôle des Recteurs. En fait, cela ne présage rien de bon pour nos libertés universitaires. Nous n’irons probablement pas vers la véritable sélection attendue. En revanche, l’alourdissement des tâches ne fera que s’amplifier, en premier cycle, mais aussi en doctorat, avec la généralisation du portfolio et du plan de formation à définir et appliquer avec nos doctorants. Quant à la qualification et à l’habilitation à diriger des recherches, leurs sorts respectifs ne sont pas réglés. Ils constitueront un moyen de pression sur le CNU pour lui imposer l’évaluation quinquennale des enseignants-chercheurs. À ceux-ci seront imposés aussi des plans de formation obligatoire à suivre de préférence dans des ESPE renforcées. Il est vrai que le discours n’a pas changé : la cause première de l’échec étudiant réside dans l’insuffisante formation pédagogique des enseignants-chercheurs du Supérieur.

*
Vous l’aurez compris, il nous faudra lutter encore et faire front. Pour cela, contrairement à tout ce qui est dit officiellement, l’adhésion syndicale s’impose comme une nécessité. Heureux de pouvoir compter sur le soutien que vous avez toujours manifesté à notre Fédération et au Syndicat des Lettres, nous continuerons de nous engager à vos côtés pour vous soutenir et faire vivre l’Université telle que nous la concevons et l’aimons : un lieu ouvert sur le monde et fidèle à sa mission de transmettre savoir et connaissances.

*

*

Bonne année à toutes et à tous.


Aucun article