supautonome-lsh

supautonome-lsh

Fiches Métier

Cette sous-rubrique comporte deux pages :

  1. professeur des universités

  2. maître de conférences

    Enseignants-chercheurs :

    Professeur des universités

    Profil

    En 2011, dans le système de l'enseignement supérieur français public, les professeurs des universités constituent l'un des deux grands corps d'enseignants-chercheurs régis par le décret 84-431, l'autre corps étant celui des maîtres de conférences. Les professeurs des universités ont traditionnellement l'exclusivité du titre universitaire de « Professeur ».

    La très grande majorité des professeurs des universités sont d'anciens maîtres de conférences ayant obtenu l'habilitation à diriger des recherches et ayant été inscrits sur une liste de qualification. Dans cette division, les professeurs des universités ont en effet le rang académique « supérieur », leur rémunération étant sensiblement plus élevée, et leurs responsabilités beaucoup plus importantes que celles des maîtres de conférences. En termes de fonctions, les professeurs des universités ont vocation prioritaire, mais non exclusive, à assurer leur service d'enseignement sous forme de cours magistraux ainsi que la direction des unités de recherche. Quelques fonctions leurs sont en outre exclusivement réservées, telles que les présidences de jury de doctorat et d'habilitation à diriger des recherches, les présidences de certains conseils, comités ou commissions.

    Les professeurs des universités jouissent du principe constitutionnel de « représentation propre et authentique », en particulier au sein des conseils universitaires, et l'ensemble des opérations de recrutement et de promotions des professeurs des universités relèvent exclusivement des membres du corps des professeurs des universités et des personnels assimilés. Bien que le texte concernant le cumul entre les fonctions parlementaires et d'autres fonctions sur lequel s'est appuyé le Conseil constitutionnel pour édicter ce principe constitutionnel ne mentionne que les fonctions de « professeurs titulaires », correspondant actuellement en termes de grade et échelles indiciaires aux professeurs de première classe et classe exceptionnelle, celui-ci n'a fait aucune distinction entre les différents grades du corps unique des professeurs des universités au sujet de ce principe de représentation propre et authentique. A l'inverse, le Conseil d'Etat, dans sa décision judiciaire du 29 mai 1992, a annulé les articles du décret de 1985 concernant l'instauration d'un corps électoral unique des professeurs titulaires et des maîtres de conférences-sous directeurs de laboratoire du Muséum national d'histoire naturelle, ces deux catégories formant alors deux corps distincts, le premier correspondant en termes d'échelle indiciaire aux professeurs des universités de première classe et de classe exceptionnelle, le second aux professeurs de deuxième classe, sur le principe selon lequel « Eu égard aux fonctions des sous-directeurs de laboratoire du Muséum , ceux-ci ne peuvent être assimilés aux professeurs ». Cependant, à la suite de la fusion des deux corps sus-mentionnés, le Conseil d'Etat considéra en 1994 que « les auteurs du décret ont pu, sans commettre d'erreur manifeste d'appréciation, décider de regrouper, dans un même corps de professeurs, les professeurs du Museum d'histoire naturelle et les maîtres de conférences, sous-directeurs de laboratoires ; que le principe d'indépendance des professeurs de l'enseignement supérieur allégué est sans influence sur la légalité du décret attaqué ». . Ce sont des fonctionnaires de catégorie A++ nommés par décret du président de la République.

    Le corps unique des professeurs des universités a été créé en 1979 par fusion des corps de maîtres de conférences des disciplines littéraires, de sciences humaines et scientifiques, de maîtres de conférences des sciences juridiques, politiques, économiques et de gestions et de maîtres de conférences des disciplines pharmaceutiques (incluant les professeurs sans chaire. Le statut des professeurs des universités, et des autres enseignants de statut universitaire, ont été ensuite profondément modifiés en 1984, en particulier au niveau des services horaires d'enseignement et des relations hiérarchiques, les professeurs des universités dits "rang A" appartenant à la catégorie hiérarchique supérieure.

    L'accession à un poste de professeur des universités passe normalement, depuis 1984, soit par l'obtention de l'habilitation à diriger des recherches, l'inscription sur une liste de qualification et la candidature à un concours de recrutement par poste sur titres et travaux, soit par un concours dit « d'agrégation » (en sciences juridiques, économiques, politiques, et de gestion).

    Caractéristiques et recrutement

    On compte en 2008-2009 18 806 professeurs des universités et personnels assimilés parmi les enseignants du supérieur public. Représentant plus de 70 % des enseignants universitaires en 1929, la proportion des enseignants universitaires de rang A est en nette chute depuis 1960 (56 % en 1949, 44% en 1960, 29,3% en 1980[), 19,5% en 2008-2009

    En termes de disciplines, la répartition était en 2008-2009 la suivante (hors 572 emplois spécifiques à des grands établissements):

    Sciences et techniques: 7525 (41%); Lettres et sciences humaines : 4114 (22,5%); Médecine: 3768 (20,5%) ; Droit, économie, gestion : 2131 (11,5%); Pharmacie : 571 (3%); Odontologie : 125 (0,5%).

    L'âge moyen de recrutement, hors concours d'agrégation, était en 2007 de 43 ans et 4 mois (47 ans et 7 mois en lettres, 40 ans et 11 mois en sciences) avec une ancienneté comme maître de conférences de 10 ans et 10 mois. En 1978, l'âge moyen d'accès au poste de rang A était de 43 ans en lettres et de 35 ans en sciences. L'âge moyen de recrutement par concours d'agrégation (disciplines juridiques, économiques et de gestion) était en 2007 de 35 ans et 11 mois. Il était de 34 ans en 1978. On comptait en 2002 1 035 recrutements de professeurs de 2e classe, 440 passages de 2e classe à 1re classe (sur un total de près de 7 000 promouvables) et 96 passages à la classe exceptionnelle (sur un total de 5 000 promouvables).

    Pour postuler à un poste de professeur des universités par la voie du concours sur dossier, il est nécessaire d'être inscrit sur la liste de qualification nationale. Pour être candidat à l'inscription, il faut :

    • soit posséder l'habilitation à diriger des recherches. (Le doctorat d'État d'avant 1984 est admis en équivalence. Le Conseil national des universités peut également au cas par cas reconnaitre des titres équivalents),

    • soit justifier d'au moins dix ans d'activité professionnelle dans les huit ans qui précèdent, hors activité d'enseignant et de chercheur dans un EPCST,

    • soit être enseignant associé à temps plein,

    • soit être détaché dans le corps des professeurs des universités,

    • soit appartenir à un corps de chercheurs assimilé aux professeurs des universités.

    Pour postuler au recrutement comme professeur des universités par la voie du concours national d'agrégation, il faut être titulaire du doctorat ou de l'habilitation à diriger des recherches (le doctorat d'État, le doctorat de troisième cycle et le diplôme de docteur ingénieur d'avant 1984 sont admis en équivalence du doctorat, le Conseil national des universités peut également au cas par cas reconnaitre des titres équivalents). Ceci correspond donc à l'une des possibles conditions pour être candidat à l'inscription sur la liste de qualification à la fonction de maître de conférences.

    Les professeurs des universités sont nommés par décret du président de la République.

    Les professeurs des universités peuvent être en poste dans l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur qui dépendent du ministère chargé de l'Enseignement supérieur.

    Professeurs des universités et directeurs de recherche perçoivent une rémunération de niveau identique et ont une progression de carrière similaire allant de 2 535 euros net mensuel (1er échelon 2e classe) à 5 085 euros net mensuel (échelon terminal de la classe exceptionnelle). En plus de ce traitement, ils peuvent bénéficier de primes (encadrement doctoral etc. ...).

    [source : Wikipedia]

    [PDF Corps apparentés PR]

    Maîtres de Conférence

    Profil

    Dans le système d'enseignement supérieur français actuel, les maîtres de conférences, fonctionnaires de catégorie A (macrograde « A+ »), sont les enseignants-chercheurs titulaires[1] dits « de rang B » par opposition aux professeurs des universités dits « de rang A ». Le corps actuel des maîtres de conférences a été créé à la suite de la loi Savary et a été initialement formé par intégration des maîtres-assistants dont ils ont conservé substantiellement la grille de rémunération. Contrairement aux anciens maîtres-assistants, les actuels maîtres de conférences doivent être docteurs avant leur recrutement et ne sont pas réglementairement placés sous l'autorité des professeurs des universités. Les maîtres de conférences sont recrutés par concours sur titres et travaux parmi les titulaires du doctorat inscrits sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences établie par le conseil national des universités. Les maîtres de conférences peuvent être affectés dans l'ensemble des établissements dépendant du ministère de l'enseignement supérieur. Le déroulement de leur carrière peut les amener à occuper, après l'obtention de l'habilitation à diriger des recherches et l'inscription sur une liste de qualification, un emploi de professeur des universités. Avant 1979, les maîtres de conférences étaient, au côté des professeurs titulaires, des enseignants de rang A par opposition aux assistants et maîtres-assistants formant le rang B.

    En 2007-2008, on comptait 37 316 maîtres de conférences dans le personnel enseignant de l'enseignement supérieur public français] soit 41% des effectifs[3]. L'âge moyen de recrutement était en 2007 de 32 ans et 8 mois (36 ans et 1 mois en lettres, 30 ans et 8 mois en sciences). 2060 postes de maître de conférences vacants ou susceptibles de l'être ont été mis au concours en 2008. Le ratio des effectifs de maîtres de conférences et de professeurs des universités est en 2007-2008 de 1,9:1 (2,14:1 en droit, 2,4:1 en lettres, 2,17:1 en sciences et 0,67:1 en santé). Ce ratio[5] était de 1,3 en 1982.

    Le corps des maîtres de conférences des universités est un corps de fonctionnaires de catégorie A, recrutés par concours sur titres et travaux, et nommés dans un établissement public d'enseignement supérieur et de recherche dépendant du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche. Ils ont les missions suivantes : assurer le développement de la recherche fondamentale et/ou appliquée dans leur discipline, la transmission de compétences scientifiques vers les étudiants et les entreprises, ainsi qu'un certain nombre de tâches administratives liées au fonctionnement de leur département. En ce qui concerne leur activité de recherche, les maîtres de conférences sont généralement rattachés à un laboratoire.

    Service d'enseignement

    Leur service d'enseignement en présence d'étudiants est définie en termes d'heures « équivalentes travaux dirigés (TD) », les heures de cours magistraux comptent 1,5 heures de TD, et jusqu'en 2009 celles de travaux pratiques (TP) deux tiers d'une heure de TD. Cela fait un service annuel de 128 heures de cours, 192 heures de TD ou 288 heures de TP, ou toute combinaison équivalente. Le décret n°2009-460 du 23 avril 2009 entériné l'équivalence des heures de TP et de TD, ramenant le service à 128 heures de cours ou 192 heures de TD ou de TP, ou tout combinaison équivalente. En sus, leur sont confiées des tâches dites pédagogiques, liées à l'organisation de la scolarité (préparation d'examen, direction des études, jury de baccalauréat, etc.). À ces tâches peuvent s'adjoindre des activités liées à l'organisation et au fonctionnement administratif de l'université : participation à des commissions de recrutements, collèges scientifiques, conseil d'administration, etc.

    Le service d'enseignement constitue normalement la moitié du service d'un maître de conférences, qui est au total d'environ 1 600 heures annuelles ; l'autre moitié est en principe dédiée à la recherche scientifique.

    Conditions d’accès

    Pour postuler à un poste de maître de conférences, il est nécessaire d'être inscrit sur la liste de qualification associée. Pour être candidat à l'inscription, il faut :

    - soit posséder le doctorat ou l'habilitation à diriger des recherches (le doctorat d'État, le doctorat de troisième cycle et le diplôme de docteur ingénieur d'avant 1984 sont admis en équivalence du doctorat, le Conseil national des universités peut également au cas par cas reconnaître des titres équivalents) ;

    - soit justifier d'au moins trois ans d'activité professionnelle dans les six ans qui précèdent, hors activité d'enseignant et de chercheur dans le public ;

    - soit être enseignant associé à temps plein,

    - soit être détaché dans le corps des maîtres de conférences,

    - soit appartenir à un corps de chercheurs d'un établissement public.

    La candidature est ensuite examinée par la section du Conseil national des universités de la discipline correspondante. Selon les disciplines, cette étape est plus ou moins sélective.

    À l'issue de cette étape, le candidat reçoit ce qu'il est convenu d'appeler « l’habilitation CNU »

    (9 000 qualifications par an) qui, concrètement, lui donne la possibilité de postuler au niveau national à un poste ouvert au recrutement, mutation ou détachement et publié au Journal officiel. Un concours est ensuite organisé dans chaque établissement pour chaque poste proposé.

    [Source: Wikipedia]



30 avril 09 : Circulaire accompagnant les décrets (EC, CNU, classement) publiés le 25 avril 09 au journal officiel

Télécharger le document au format PDF >>

URGENT : 25.04.09 : Publication au JO du nouveau décret sur les enseignants-chercheurs

Décret n° 2009-460 du 23 avril 2009 modifiant le décret n° 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corps des professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences et portant diverses dispositions relatives aux enseignants-chercheurs

Lire au format HTML (lien externe) >>

  1. Téléchargez-le au format PDF >>

  1. Téléchargez-le au format RTF >>

Pour en savoir plus sur le nouveau décret, voir également la page Réforme du statut des enseignants-chercheurs >>

Pour connaître l'avis de la fédération AutonomeSup, voir la page Communiqués de presse, CP du 25 mars 09 >>   et   CP du 15 avril 09 >>


Aucun article