supautonome-lsh

supautonome-lsh

La STRANES

[En construction]

*

La stratégie nationale de l'enseignement supérieur (StraNES)

Sources : MENESR

*

*

 

La loi du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et à la recherche a prévu que soit élaborée, puis révisée tous les cinq ans, une stratégie nationale de l’enseignement supérieur (StraNES). Elle devra définir les objectifs nationaux engageant l’avenir à l’horizon des dix prochaines années et présenter les moyens de les atteindre.

Le comité d’expertise présidé par Sophie Béjean est chargé de piloter les consultations et de faire la synthèse des propositions qui seront ensuite soumises à la concertation. Remise du rapport final : 8 septembre 2015.

*

Loi du 22 juillet 2013. Cliquer sur le lien ci-dessous:

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027735009&categorieLien=id

  •  
  •  

Le Comité StraNES

*

Un comité d'expertise installé en vue de l’élaboration de la StraNES 

Le comité StraNES a été installé le 12 février 2014. Il  est présidé par Sophie Béjean,professeur de sciences économiques, présidente de Campus France et du conseil d'administration du CNOUS et ancienne présidente de l’Université de Bourgogne.Bertrand Monthubert est le rapporteur général.

Mission : piloter les consultations et les expertises et faire la synthèse des propositions qui seront ensuite soumises à la concertation.

Le comité compte 25 membres dont 10 femmes : personnalités qualifiées représentant l'ensemble des acteurs de l'enseignement supérieur (responsables d’établissements, étudiants, chercheurs et enseignants-chercheurs), les différents ministères concernés, le monde socio-économique et les collectivités locales.

Les travaux du comité s'appuient sur des auditions et des séminaires thématiques

Pour rassembler les éléments utiles au débat et construire les problématiques et propositions, le comité procède à une série d'auditions de personnalités qualifiées  et d'experts concernés par les enjeux de l'enseignement supérieur.

La phase de consultation inclut également des séminaires visant à enrichir la réflexion sur les principaux axes thématiques.

**

**

Thématiques et enjeux confiés au comité StraNES

 

  • Ouverture de l’enseignement supérieur au plus grand nombre et préparation au monde de demain.
  • Mise en cohérence avec la stratégie nationale de la recherche
  • L’adossement des formations à la recherche

Malgré une démarche différente, le calendrier de la préparation de la stratégie nationale de recherche (S.N.R.), et celui du comité  StraNES sont mis d’emblée en cohérence. Dès leurs travaux préparatoires, Sophie Béjean et Bertrand Monthubert ont rencontré la D.G.R.I. et travaillé en concertation.

*

 Calendrier

*

     - De février à mai 2014 : auditions d'experts

      - 9 juillet 2014 : remise du rapport d'étape. Sophie Béjean et Bertrand Monthubert l'ont remis à Benoît Hamon et Geneviève Fioraso.

Les orientations données par le seront précisées lors de la remise du rapport définitif.

     - 8 septembre 2015 : remise du rapport définitif au Président de la République, en présence de la ministre de l'Education Nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et du secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la RechercheLes propositions du rapport définitif retenues par le ministère seront ensuite soumises au débat public par la consultation des instances représentatives et des commissions parlementaires compétentes

*

Consulter le rapport final. Cliquer sur le lien ci-dessous

Sur la StraNES: voir les articles de Dominique Barjot

1. Bulletin SupAutonome-FO n°153

*

RÉALITES ET FAUX SEMBLANTS D’UNE STRATÉGIE POUR L’UNIVERSITÉ FRANÇAISE :

*

LE RAPPORT DU COMITÉ POUR LA STRATÉGIE NATIONALE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR (STRANES)  

*

Certes la nomination d’un nouveau secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche avait ouvert des espoirs, par une volonté d’écoute supérieure à celle de son prédécesseur. Voici ces espoirs sérieusement douchés avec la publication, dès septembre 2015, du rapport Pour une société apprenante. Propositions pour une stratégie nationale de l’enseignement supérieur1. Destiné au Président de la République, il est l’œuvre de Sophie Béjean, Professeur à l’Université de Bourgogne au Laboratoire d’Economie et de Gestion (LEG), Présidente de l’Université de Bourgogne de 2007 à 2012, puis Présidente du CNOUS et de Campus France, de Bertrand Monthubert, Président de l’Université Paul Sabatier (Toulouse III) et de l’ensemble des membres du comité StraNES2. Prolixe toujours, bavard souvent, plus économe d’idées originales que de néologismes, ce texte n’est pas sans intérêt, notamment par les encadrés qu’il comporte et qui donnent des informations utilement réunies. Toutefois, à côté d’objectifs en apparence ambitieux, mais financièrement souvent irréalistes, il occulte les enjeux scientifiques et techniques internationaux tout en manifestant un évident manque de considération pour les enseignants- chercheurs du Supérieur, devenus du professeur des écoles post-bac. Au terme d’un avant- propos visant surtout à minimiser les difficultés de positionnement international du système universitaire français, le rapport : identifie cinq axes stratégique et discerne « trois leviers pour agir dès aujourd’hui ».

*

Cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la totalité du texte

http://static.blog4ever.com/2012/10/715979/REALITES-ET-FAUX-SEMBLANTS-sep2015.pdf

*

*

2) Bulletin SupAutonome-FO n°150

*

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET RECHERCHE :

UN ÉTAT BUREAUCRATIQUE, ALIÉNÉ ET DÉPOURVU DE STRATEGIE

La loi ESR du 22 juillet 2013 a proclamé haut et fort la volonté de l’État français de définir une stratégie à moyen et long terme pour l’enseignement supérieur. En même temps, le ministère de l’Education nationale et son satellite de l’Enseignement supérieur (c’est à ce titre notamment qu’il est « aliéné » !) ont voulu opter pour une méthode rappelant à certains égards les pratiques du défunt Gosplan : procéder à de larges consultations d’une « base » soigneusement triée sur le volet ou strictement encadrée, dont les Assises de l’Enseignement supérieur lancées durant l’été 2012 fournissent un bon exemple. Mais pas plus que dans les derniers plans soviétiques (ou d’ailleurs français) ne se sont dégagées des priorités claires et identifiables. Le débat réunit sur le fond de roulement des universitaires, la publication du rapport d’étape au Comité StraNES juillet 2014 ou les propositions récentes de la CPU en novembre de la même année montrent de manière inexorable que la soi-disant stratégie nationale n’est qu’un mythe.

*

Cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la totalité du texte

http://static.blog4ever.com/2012/10/715979/D.-BARJOT----Enseignement-sup--rieur-et-recherche-fev2015--1-.pdf

 

 


Aucun article