supautonome-lsh

supautonome-lsh

Question(s) - Réponse(s)

 

Le 14 janvier 2017

*

*

 

Deux affaires soumises récemment à notre Syndicat nous interpellent de manière grave, car elles mettent en cause à la fois le mode de fonctionnement des comités de sélection et le jugement rendu par un tribunal administratif.  

La première concerne Virginie Chaillou-Atrous, titulaire d’un doctorat ayant pour thème Esclaves sous contrat, Histoire des engagés africains à La Réunion au XIXe siècle et soutenu sous la direction de notre collègue et ancien Secrétaire Général adjoint Jacques Weber. Madame Chaillou a postulé, avec succès, à un poste de MCF à La Réunion. Malheureusement pour elle l’acceptation de sa candidature pourtant validée par le C.A. de l’université, a été vigoureusement contestée par des groupes d’intérêt locaux. Entre autres à l’instigation de l’un des Professeurs de l’Université, ceux-ci se sont livrés à une violente campagne de dénigrement de la nouvelle MCF, campagne à caractère personnel évident, et ont fait pression pour faire suspendre son élection. Ils ont obtenu gain de cause. L’affaire a été rendue plus compliquée encore par le changement de président d’université. Le président sortant et son conseil d’administration, à une forte majorité, avaient entériné l’élection, puis avait engagé une procédure de recours en annulation de la suspension décidée par le Tribunal administratif de La Réunion. Son successeur ne l’a pas fait, le recteur est resté passif tandis que le Ministère de l’Éducation Nationale contestait la décision prise à La Réunion. Dans un contexte marqué par une prise de position hostile à l’élection de Virgine Chaillou d’au moins un membre du Conseil Représentatif des Français de l’Outre-Mer (CREFOM), le tribunal administratif, saisi par un groupe disposant d’un intérêt à agir, a suspendu le recours, mais n’a toujours pas tranché sur le fond. De son côté, suivant la décision de son nouveau Président, l’Université de La Réunion n’a pas déposé de recours dans les délais. En l’absence de décision du Tribunal administratif, Madame Chaillou ne peut prendre son poste, poste auquel elle risque de devoir renoncer, contrairement à ce qu’elle était en droit d’espérer. Il ne fait pas de doute que le pourrissement de la situation serve les intérêts de ceux qui souhaitent une réattribution du poste ouvert au concours.

La deuxième affaire concerne Fabrice Balanche, MCF en géographie, très bonspécialiste de la Syrie et qui avait posé sa candidature -en mutation- à l’université de Lyon II. Son dossier et son profil ont été jugés excellents et en adéquation avec le poste auquel il postulait, mais sa candidature s’est vue écartée en faveur de celle d’un concurrent dont le directeur de thèse était membre du comité de sélection. Le seul motif fourni officieusement à M. Balanche pour justifier sa mise à l’écart a été que, titulaire d’une HDR, il aurait probablement quitté rapidement son poste de MCF. Devant la légèreté du motif invoqué, Monsieur Balanche a saisi le tribunal administratif de Lyon qui, contrairement à celui de La Réunion, a statué en sa faveur, déclarant expressément que les arguments opposés à sa candidature n’étaient pas fondés. Le tribunal a demandé également que la nomination du candidat qui lui a été préféré soit annulée.

Ces deux affaires sont particulièrement préoccupantes sur un triple plan administratif, éthique et légal. Dans les deux cas, nous trouvons un enseignant-chercheur apte à occuper le poste pour lequel il a fait acte de candidature et qui se trouve privé de celui-ci pour des raisons d’intérêts partisans, de relations personnelles, de choix politiques n’ayant rien à voir avec des critères scientifiques. La manière dont est organisé le recrutement semble faciliter les abus et l’arbitraire. A des milliers de kilomètres de distance, mais toujours en France, deux tribunaux administratifs statuent de manière opposée alors que les citoyens sont censés être égaux devant la loi.

Nous ajouterons que l’’affaire Balanche’ a rencontré une médiatisation non négligeable, au niveau local, avec des articles du Progrès de Lyon et de Lyon Capitale, mais aussi national avec un article détaillé sur le site Causeur. Ces diverses publications, aux orientations différentes, ont souligné de manière unanime l’injustice faite à notre collègue et nouvel adhérent.

*

*

Ces documents sont consultables en cliquant sur les liens ci-dessous.

*

http://www.leprogres.fr/lyon/2016/12/23/nomination-l-enseignant-chercheur-fait-condamner-l-iep-de-lyon

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actualites/Education/Nominations-a-l-universite-le-cri-d-alarme-d-un-chercheur-lyonnais

http://www.causeur.fr/fabrice-balanche-iep-lyon-syrie-41830.html

 


Montant cotisations pour l'année 2014

Cet article est privé, il n'est donc visible que par les personnes ayant reçu le mot de passe de la part du gérant du site.
Si vous connaissez le mot de passe, saisissez-le ci-dessous :